Le mot du jour

Qui suis-je?


LA VOIX DE L'ÉCHO

POUR LE PLAISIR DE TOUS: AUTEURS, LECTEURS, AUDITEURS...

mercredi 1 octobre 2014

MATHIEU JAEGERT - SANS FIORITURES




MISE EN VOIX JAVA






Nous nous aimions le temps d'une lecture

En dansant la "Javanu"!
(montage avec avatar Java)




Sans fioritures


(Version remaniée...)



Elle éparpillait à terre les fioritures encombrantes, tous ces appendices superficiels et superflus. Jetés au sol avec les excroissances inutiles. Les ornements de façade et les ajouts habituellement rassurants y passaient également. Ils venaient s'entasser sur le parquet. Ils s'amassaient, s'amoncelaient et s'agglutinaient sur leurs semblables priés de déguerpir un peu plus tôt. Elle me démontrait qu'elle n'avait pas besoin de tous ces attributs. Et moi je la regardais faire, à la fois inquiet et subjugué. C'était une démarche nouvelle pour moi. Je me demandais comment elle s'y prenait. Comment elle parvenait à s'en passer avec autant de détachement. Je ne m'en sentais pas capable. Ca avait l'air si simple pourtant. J'aimerais tellement apprendre. Elle s'en débarrassait un par un. Rien ne lui échappait et aucun des sanctionnés n?osait intervenir. La séparation s'effectuait en une danse fluide et indolore en apparence.

Ces restes, ces résidus, ces scories sémantiques et autres articulations grammaticales et lexicales venaient compléter la liste des rebuts.

J'en étais ébranlé, retourné, secoué.

Eux auraient pu protester. Déshabillés de la sorte, on aurait pu les croire orphelins. Cette mise à nu cependant ne semblait pas les déranger. Au contraire ! Ils avaient l'air plus léger, prêts à l'envol.

Elle m'a achevé quand j'ai aperçu les diamants bruts, enfin. La manière avait été subtile. J'étais resté concentré sur les artifices tombés sur le plancher alors qu'elle s'était appliquée à me dévoiler l'essentiel. Leur essence, leur quintessence. Le procédé avait été accompli avec aisance mais en maintenant une certaine cadence.

Je l'enviais. Je l'enviais car je la savais capable de poursuivre, et de travailler plus encore ces diamants éclatants. Ces mots épurés. Elle allait les ciseler et livrer une fulgurance, un texte riche et dense où l'important serait dit, laissant de côté les énumérations indélicates. Sans fioritures. Sans les fioritures dont j'encombrais bien souvent ma plume.

Finalement elle s'est arrêtée là. Elle s'est retournée vers moi en même temps qu'elle sortait délicatement de sa transe apaisante. Elle m'a regardée souriante et m'a transmis le relai.

« A toi de jouer, ceux-là, je te les offre ! »





Texte protégé et déposé
sur le site iPagination

Aucun commentaire:

Publier un commentaire