Le mot du jour

Qui suis-je?


LA VOIX DE L'ÉCHO

POUR LE PLAISIR DE TOUS: AUTEURS, LECTEURS, AUDITEURS...

dimanche 23 février 2014

Elsa/Catherine Dutigny - La vanité



Vanité

 (Fable en hommage à Jean Lorrain 1855-1906)

En référence au conte de Jean Lorrain "La princesse au Sabbat" tiré du recueil Princesses d'ivoire et d'ivresse.












La princesse Ilsée n’aimait que les miroirs et les fleurs;

Le reflet indolent de ses traits la comblait de bonheur.

Egoïste et coquette, elle n’attachait de prix

Qu’aux compliments mielleux d’une cour amollie.


Les fées qui veillaient sur sa destinée,

Excusaient ses caprices et sa futilité.


Insatiable, sotte et vaniteuse, un jour elle décida

Que sa beauté méritait un animal d’apparat.

Encore fallait-il que la bête n’eut point trop de charme

Et que par contraste, ce soit elle qu’on admire et acclame.


Tandis qu’à sa toilette, elle prenait mille soins,

Elle avisa deux monstres de bronze au bord du bassin.

Il s’agissait d’antiques grenouilles, laides à souhait,

Qui de leurs gueules béantes, de l’eau tiède rejetaient.



La princesse manda les meilleurs artisans de la contrée

Pour peupler le château d’énormes batraciens sculptés.

Une foule à larges pustules et répugnantes grosseurs

Remplaça servantes, gentes dames et grands seigneurs.


Dans la demeure silencieuse et désertée,

Ne restèrent que les monstres et la stupide Ilsée.

S'entourer de laideur pour ne voir que soi-même

Sonna la fin de sa puissance et de son règne.


Car… les fées s’ennuyèrent et se lassèrent.

Un complot s’organisa et quand vint l’heure du Sabbat,

Elles jetèrent un sort à la belle aux lèvres rouge incarnat.


C’est ainsi que le tain des miroirs se voila

Et qu’Ilsée, en pleurs, jusqu’à sa mort erra

À la recherche de l’image adorée

Que sa folie avait condamnée.


Texte protégé et déposé ici

Aucun commentaire:

Publier un commentaire